accueil > Actualités > Rythmes scolaires
Rythmes scolaires

vign50x75---logo_stbrevinRetour à la semaine de 4 Jours

 

 

 

Les élus brévinois ont décidé de mener une large concertation auprès de tous les acteurs, parents d’élèves, enseignants, enfants, centre de loisirs, accueils périscolaires pour dresser un bilan des 3 années passées avec 4,5 jours d’enseignements et envisager ou non un retour à 4 jours. A la suite de ces différents échanges, la décision a été prise de revenir à une organisation sur 4 jours à la rentrée 2018.

 

Depuis juin 2017, l’Etat autorise les communes qui le souhaitent à déroger sur l’organisation des rythmes scolaires. A Saint-Brevin-les-Pins, il a été décidé de ne pas précipiter les choses, de recueillir d’abord l’avis des familles et de l’ensemble des acteurs de la vie scolaire avant toute prise de décision.

 

Dans ce cadre, un questionnaire élaboré avec tous les acteurs a été mis en ligne en novembre sur le site Internet de la Ville et communiqué largement auprès des parents.

 

A l’issue du délai imparti, 428 réponses ont été ainsi recueillies, soit une participation de près de 50% des familles. Près de 74% des personnes ayant répondues à l’enquête se disaient prêts à réfléchir à une organisation sur 4 jours d’école : lundi, mardi, jeudi et vendredi.

 

Benoit Guérin, adjoint aux affaires scolaires, précise « le taux de participation important à cette enquête, et les réponses massives en faveur d’un retour à la semaine de 4 jours, montre que la réforme de 2013 n’a pas répondu au final au problème extrêmement plus complexe de la journée de l’enfant, du réveil jusqu’au coucher et sans certitudes quant aux bienfaits sur les apprentissages ».

 

Suite à cette enquête et avant le vote des conseils d’école sur le choix de déroger ou non à la reforme, une réflexion collégiale a été menée sur des modifications d’horaires dans le cadre d’une organisation à 4 jours.

 

Les 4 Conseils d’école ont voté pour un retour à la semaine de 4 jours. Et conformément aux résultats de l’enquête, les élus ont suivi cette décision en demandant également la dérogation pour la rentrée 2018. Ce souhait a été transmis pour validation à la Direction Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN).



> Télécharger le communiqué de presse